Où manger pendant votre séjour à Stockholm ?

Elle a longuement préparé notre séjour à Stockholm, recherchant les meilleurs endroits à voir, les meilleurs restaurants où manger. Vous trouverez ci-dessous la liste des lieux dans lesquels nous sommes allés petit-déjeuner, goûter ou dîner.

Où manger à Stockholm ?

De belles découvertes lors de ce séjour à Stockholm. Bien manger, c’est important. Qu’il s’agisse de spécialités locales, de lieux insolites,…
Cette liste n’est évidemment pas exhaustive (et vos bonnes adresses sont les bienvenues en commentaires).

Où petit-déjeuner ?

Vete-Katten

Fondée en 1928 par Ester Nordhammar, Vete-Katten est une pâtisserie et un salon de thé, où vous pourrez manger sur place ou à emporter nombre de spécialités suédoises. Les pâtisseries proposées attirent l’oeil et régalent les papilles. Installez-vous donc dans le salon de thé ou, pour les plus « téméraires », aventurez-vous dans les salles suivantes jusqu’à trouver la petite terrasse du fond. Pour la trouver, commencez par vous diriger vers la cuisine, ouverte, où vous verrez l’équipe s’affairer à préparer du pain, des gâteaux, des tartes,…

Infos utiles :
L’adresse : Kungsgatan 55
Ouvert tous les jours, en semaine de 7h30 à 19h30 et le week-end de 9h30 à 18h.
Sur place, vous pourrez petit-déjeuner, déjeuner, ou bien pour le goûter (« Fika »)
Voir leur site

Café Pascal

Situé à quelques mètres du métro Odenplan, dans le quartier de Vasastan, le Café Pascal est un endroit plutôt sympathique. Par sa déco tout d’abord. Des photos accrochées aux murs de briques, un long comptoir. Par sa carte ensuite. Le café y est très très bon. Bec sucré ou bec salé, vous trouverez votre bonheur à n’en pas douter dans la carte du Café Pascal.

Infos utiles :
L’adresse : Norrtullsgatan 4
Ouvert tous les jours, du lundi au jeudi de 7h à 19h, le vendredi de 7h à 18h et le week-end de 9h à 18h.
Voir leur site

Café Saturnus

Un petit coin de Paris en plein Stockholm ? C’est Café Saturnus, qui s’annonce comme une « pâtisserie et boulangerie » dès l’entrée et qui affiche sur ses murs des cartes de restaurants français. Ambiance décontractée, dans un style français. Pour un petit-déjeuner ou un brunch dominical, ne vous attendez pas à manger des viennoiseries françaises uniquement car nous sommes avant tout en Suède. Tentez les kanelbullar, des roulés à la cannelle. Délicieux.

Infos utiles :
L’adresse : Eriksbergsgatan 6
Ouvert tous les jours, du lundi au vendredi de 7h à 20h, le week-end de 8h à 19h.
Voir leur site

Pom & Flora

Situé dans le quartier de SoFo et Medborgarplatsen, Pom & Flora est un petit café petit à l’ambiance (elle aussi) décontractée. Il faudra vous y rendre pour leur brunch du week-end (helg frukost), qui est assez fou, avec ses pains ses scones, ses confitures, du fromage, de la charcuterie, de l’avocat, du yaourt aux fruits, du jus frais et du café (le tout pour un prix somme toute raisonnable : moins d’une quinzaine d’euros).
Un conseil : testez l’avocado toast 🙂

Infos utiles :
L’adresse : Bondegatan 64
Ouvert tous les jours, du lundi au vendredi de 7h30 à 16h, le week-end de 9h à 15h.
Voir leur site

Ikon Kafé

Nous terminons notre séjour avec un dernier petit déjeuner à l’Ikon. On reste sur la tendance des meubles en bois, du bon café et des plats sans gluten, avec néanmoins quelques « twists » intéressants dans leurs plats (comme le remplacement du bacon dans leurs œufs Bénédicte). L’Ikon Kafé est un endroit chaleureux situé sur Karlbergsvägen (à une dizaine de mètres du bus qui vous emmènera découvrir Skansen). Vous y retrouverez de délicieux « bowls » (à la mode pour vos photos Instagram, #chia etc…). Les pancakes sont également très bons (on vous les conseille). Un chouette endroit à découvrir, sans prétention. Une bonne surprise.

Infos utiles :
L’adresse : Karlbergsvägen 43
Ouvert tous les jours, du lundi au mercredi de 8h à 22h, les jeudi et vendredi de 8h à 23h, le samedi de 10h à 23h et le dimanche de 10h à 17h.
Voir leur site

Où prendre un snack dans la journée ?

Snickarbacken 7

Snickerbacken 7 est situé dans le centre ville de Stockholm. C’est dans d’anciennes écuries du 19ème siècle que ce café-concept store a vu le jour. Côté boutique, vous trouverez une sélection d’articles de mode, pour adultes et enfants, du linge de maison et des quelques produits de soin, ainsi que des livres et de nombreux autres objets à découvrir sur place.
Après avoir commandé votre « fika » à l’entrée, vous pourrez vous aventurer dans le Snickerbacken 7 et prendre place dans le café, qui se trouve dans le concept store / galerie d’art.

Infos utiles :
L’adresse : Snickarbacken 7
Ouvert tous les jours, du lundi au vendredi de 8h à 18h, le samedi de 9h à 18h et le dimanche de 10h à 17h (la boutique ouvre à 10h30 en semaine, 11h le samedi et est fermée le dimanche).
Voir leur site

Fabrique

Vous croiserez peut-être plusieurs « Fabrique » lors de votre séjour à Stockholm. Il s’agit d’une chaîne de boulangeries traditionnelles, dans lesquelles vous trouverez du pain, des gâteaux,… de qualité, préparés avec de bons ingrédients. Dans la Fabrique de Södermalm, installez-vous dans la salle pour déguster des buns à la myrtille.
A noter : toutes les boulangeries proposent une salle pour consommer, exceptions faites des Fabrique situées à Götgatsbacken et Scheelegatan .

Infos utiles :
L’adresse : Götgatan 24
Ouvert tous les jours, du lundi au vendredi de 7h30h à 18h30, le samedi de 8h à 16h et le dimanche de 9h à 15h.
Voir leur site

Wärdshuset Ulla Winbladh AB

Le bâtiment date de la fin du 19ème siècle et a, à l’origine, été construit comme une boulangerie utilisant un four à vapeur pour l’exposition Générale d’Art et d’Industrie de Stockholm en 1897.
Attention, avec ce restaurant, on rentre dans de la gastronomie de haute volée (et donc de tarifs plus élevés). Mais c’est ici que vous pourrez découvrir les spécialités suédoises. C’est ici que j’ai mangé les meilleurs boulettes de ma vie.
Wärdshuset Ulla Winbladh est un restaurant très agréable, notamment en cas de beau temps, lorsque vous pourrez profiter de la terrasse, située au milieu d’un parc.

Infos utiles :
L’adresse : Rosendalsvaegen 8
Ouvert tous les jours, de 11h30 à 22h.
Voir leur site

Östermalms Saluhal

Nous nous attaquons ici, non pas à un « food court », mais plutôt un marché couvert dans lequel vous trouverez à la fois des restaurants, mais aussi des boutiques d’alimentation. Vous pourrez au choix décider de vous installer à une des tables d’un restaurant, ou encore préférez commander votre repas à emporter.
Le bâtiment est une très belle construction en brique, datant de la fin su 19ème siècle (il s’agit d’un patrimoine protégé).
Jusqu’en 2018, la salle de restauration est en cours de rénovation et les magasins de nourriture et les restaurants sont déplacés vers un marché couvert temporaire situé sur la place.

Infos utiles :
L’adresse : Östermalmstorg
Ouvert du lundi au vendredi de 9h30 à 19h, le samedi de 9h30 à 17h.
Voir leur site

Où dîner à Stockholm ?

Makoto Bento

Il s’agit d’un petit restaurant, sans prétention, dans lequel vous pourrez manger un bento (ou vous le faire livrer). Nous pensions qu’ils proposaient également des brioches… mais non. Rien d’extraordinaire, mais c’est bon. Et après une journée à crapahuter, cela faisait du bien de manger un bout.

Infos utiles :
L’adresse : Drottninggatan 108
Ouvert tous les jours de 11h à 22h
Voir leur site

Restaurant du Fotografiska

Le Fotografiska (musée de la photographie) est un passage obligé sur vous séjournez à Stockholm. C’est un très beau musée, avec des expositions incroyables, et qui propose un bar et un restaurant avec vue sur le port.

Dans le restaurant du Fotografiska, les amateurs de viande seront un peu décontenancés. En effet, ici, ce sont les fruits et les légumes qui sont mis à l’honneur. Certains diraient même sublimés. Le menu se compose de trois catégories de plats : les plats froids, les plats chauds et les plats sucrés.
Il vous sera peut être proposé de mélanger plusieurs plats (à partager ou non). A vous de voir en fonction de votre appétit (et de votre budget. Chaque plat coûte 125 SEK). Vous pourrez le soir ajouter une viande ou un poisson, selon la sélection du jour par le chef.

C’est très très bon et une vraie expérience pour les sens, avec des produits de saison, cueillis dans les alentours, et combinés pour créer des plats aussi beaux que bons.

K25

Au K25, vous trouverez un food court, où les restaurants proposent des plats de qualité. Burgers, pâtes, saveurs asiatiques,… Vous trouverez forcément votre bonheur après avoir fait un premier tour des échoppes, et avant d’aller vous installer sur l’une des longues tables de la salle. C’est bon, c’est varié, c’est aussi bon marché. Seul petit reproche : les plats ne sont pas présentés (pas de modèles d’expo), et même en demandant un menu en anglais, il vous sera parfois difficile de prévoir ce que vous commandez. Mais c’est aussi ça les voyages : les découvertes.

Infos utiles :
L’adresse : Kungsgatan 25
Ouvert tous les jours de 10h à 22h
Voir leur site

Boqueria

Retour vers des terres connues avec ce restaurant de tapas espagnols. Le nom du restaurant n’est pas sans rappeler le célèbre marché de Barcelone. Il y a deux espaces : le bar et le restaurant. Nous avons été installés à une table, mais vous pourrez aussi demander à manger sur le comptoir qui se trouve le long d’une cuisine ouverte, où s’affaire l’équipe.
Les tapas sont très bons (les croquetas sont un poil différentes de ce que nous avions mangé à Barcelone mais c’était délicieux). La carte est variée et chaque tapas est vendue entre 20 et 150 SEK. Si les tapas ne vous attirent pas, vous pourrez aussi commander une paella à partager.
Ambiance décontractée, lieu agréable (bien qu’un peu bruyant un samedi soir), cuisine délicieuse (et en plus, ils ont de la Brooklyn à la pression).

Infos utiles :
L’adresse : Jakobsbergsgatan 17
Ouvert tous les jours de 11h à 2h (avec une coupure de 14h à 17h en semaine)
Voir leur site

Notre Google Map des endroits où manger

Voici la carte avec les sélections de restaurants, snacks,… pour manger à Stockholm.

Sketch London – the place to eat

Si vous êtes de passage à Londres, il vous faudra aller chez Sketch. Situé dans Conduit Street, c’est un lieu qui émerveillera vos sens. La vue tout d’abord avec le côté arty distillé sur deux étages. L’ouïe ensuite avec la musique diffusée. Et enfin (surtout), le goût, car c’est avant tout un restaurant / bar / salon de thé.

Et puis Sketch, c’est aussi Pierre Gagnaire, qui a inspiré les menus. C’est une gastronomie audacieuse, imaginative, évidemment délicieuse. Pierre Gagnaire, c’est la superstar de la gastronomie française. Triplement étoilé. Deux fois. Il distille désormais sa cuisine aventureuse et iconoclaste à Paris, Las Vegas, Tokyo, Dubaï…

Au Sketch, ce sont les chefs Johannes Nuding et Hervé Deville qui officient au nom du maître Pierre Gagnaire.

Nous ne nous sommes pas rendus chez Sketch pour déjeuner ou dîner, mais pour un « tea time ». Voici quelques photos…

Je crois que le truc le plus « ouf », ce sont les toilettes. En forme d’oeufs. C’est le spot où vous croiserez de nombreuses personnes qui – après avoir terminé – passent plus de temps dehors que dedans pour faire et partager des photos.

Un beyayennatou au restaurant Ethiopia

Aucun blogueur n’a été maltraité ou blessé pendant ce déjeuner. Je n’ai pas été invité par le restaurant à venir manger gratuitement. J’ai payé (oh, le con)

J’aurai mis le temps, mais ça y est ! Je suis enfin retourné dans un resto éthiopienAllez-y, balancez les vannes (de mauvais goût) : « Ah ah, vous vous êtes partagés un grain de riz… » (ceci étant la « vanne » la plus entendue).

Perso, je n’ai jamais mis les pieds en Afrique, ailleurs que dans un club de Tunisie. Ce continent m’attire et m’effraie à la fois (il y a du personnel là dedans, certains savent). Bref, je suis pas ici pour raconter ma « laïfe » mais pour décrire ma dernière expérience culinaire. 

La cuisine éthiopienne se déguste avec les doigts. Je n’ai pas testé tout ce que peut proposer la gastronomie de ce pays. Non, moi, je connais uniquement « beyayennatou« , qui est un plat « découverte ». Car le beyayennatou est servi dans un grand plat à partager. Les différents mets reposent sur une galette « injéra ».

Il ne faudra que quelques minutes pour nous repaître de ce délicieux beyayennatou (nous en sommes venus difficilement à bout).

beyayennatou-après
beyayennatou-après

Et comment ne pas accompagner ce plat traditionnel d’une bière non moins traditionnelle. Nous avons donc commandé deux bières. Je ne pensais pas qu’on nous apporterait deux bières différentes. Je ne saurais pas dire si c’est un fait exprès pour que nous puissions en goûter deux différentes ou si la restauratrice nous a servi ce qu’elle a trouvé… Peu importe, ces deux bières blondes se valaient (j’ai une légère préférence pour la St George Beer)

Bière éthiopienne
Bière éthiopienne
Bière éthiopienne
Bière éthiopienne

Enfin… le café. Lors de mes précédents repas dans un restaurant éthiopien (feu Ethio Lalibela dans le XVIIIème arrondissement), le restaurateur torréfiait les grains de café et passait nous faire sentir cette bonne odeur avant de préparer la boisson. J’espérais que ce serait la même chose à l’Ethiopia. Ce fut le cas.

Café éthiopien

Verdict… Le restaurant Ethiopia, à découvrir !

Je suis venu avec un ami qui ne connaissait pas l’éthiopien. J’ai bien l’impression qu’il s’est régalé et a priori, il devrait à son tour faire découvrir cette gastronomie à d’autres. Nous étions au restaurant Ethiopia, situé au 89 Rue du Chemin Vert dans le XIème arrondissement. J’avais pris soin d’appeler pour réserver le midi. Arrivés sur place, petite frayeur. Rideau. Le restaurant fermé. Nous sommes allés nous renseigner au restaurant caribéen juste à côté (qui s’avère être tenu par les mêmes patrons). On nous a ouvert le restaurant. Deuxième surprise, nous sommes les seuls… Ce n’est jamais super bon signe.

Au final, nous avons bien (et même trop) mangé. L’accueil est simple. On est pas dans de la cuisine raffinée. C’est efficace et bon. Petit regret quand même : perso, je connaissais et j’avais déjà été « formé » au beyayennatou. Il se mange avec les doigts, mais pas avec n’importe quelle main,… Je trouve un peu dommage que la restauratrice se soit contentée de poser le plat sans nous expliquer un peu plus. Résultat, pour des néophytes, cela pourrait être un peu surprenant, voire rebutant.

Si jamais vous souhaitez découvrir la bouffe éthiopienne, je recommande l’Ethiopia. Mieux que le resto que j’avais précédemment essayé (voir ici). Au niveau de l’addition, pour un beyayennatou pour deux personnes, comptez 38 euros, 5 euros la bière et 3 euros le café éthiopien.

Restaurant Ethiopia Paris
Restaurant Ethiopia Paris

Tu n’as aucune foi en la parole d’un blogueur ? (comme je te comprends) Tu peux aller consulter les avis de vrais gens sur Yelp.

Panettone, encore meilleur cuisiné :)

Symbole d’une Italie conviviale, raffinée et attachée aux traditions, le Panettone est un gâteau originaire de Milan dont la forme rappelle la toque du pâtissier. Une pâte moelleuse, des ingrédients naturels de qualité, sans oublier les raisins secs et les écorces d’oranges confites : la recette d’un véritable succès !

Ça faisait un bail que je n’en avais pas mangé. Alors quand on m’a proposé de le cuisiner, j’ai été très intrigué. Qui plus est dans une recette salée !

Le panettone, c’est une brioche, accommodée de raisins secs et autres fruits confits. Comme son nom le laisse supposer, ce gâteau est d’origine italienne (plus précisément de Lombardie) et est traditionnellement partagé à l’occasion de Noël. Pour cette fois, je n’ai pas préparé le panettone (dont les ingrédients sont basiquement de l’eau, de la farine, du sel, des œufs frais, du lait, du beurre, du sucre, et des raisins secs). Je suis parti d’une brioche préparée, non pas pour en découper une tranche pour le goûter, mais pour l’utiliser dans une recette salée.

2013-12-10 20.45.04

Prenez un délicieux Panettone

2013-12-10 20.46.04

Coupez de belles tranches

2013-12-10 20.47.57

Préparez les ingrédients de votre bruschetta

2013-12-10 20.52.07

Glissez le panettone quelques minutes sous le grill avant de garnir… C’est prêt !

2013-12-10 20.57.49

2013-12-10 21.00.26

Testé et approuvé, c’est top ! Je n’aurais pas parié sur une recette salée, mais c’est à tenter. Avec de la mozzarella, un peu de salade, une petite vinaigrette.

Makis maison : la recette pas-à-pas

Il y a quelques jours, j’ai été pris d’une subite envie de préparer des makis maison (d’autant que quelques semaines auparavant j’avais déjà acheté la natte permettant de faire de jolis rouleaux). C’est ma deuxième tentative, la première ayant été une catastrophe (quand on a pas le bon matériel…).

Une fois les ingrédients réunis (riz, vinaigre de riz, feuilles d’algue, avocat et poulet), place à la préparation…

Préparer le riz vinaigré

Après avoir lavé le riz 4 à 5 fois à l’eau froide, jusqu’à ce que l’eau qui s’en écoule soit bien claire, on laisse égoutter le riz une demi-heure environ.

Puis, le riz est cuit dans le rice cooker. A part, on porte le vinaigre, le sel et le sucre à ébullition. Ceci fait, on laisse refroidir le mélange.

Quand le riz est prêt, on le laisse refroidir dans un saladier et on ajoute la préparation vinaigrée. Attention en mélangeant à ne pas écraser les grains. Idéalement, il est conseillé de refroidir le riz avec un éventail de la main libre. Idéalement…

Le riz est prêt. Toujours dans son saladier, on le recouvre d’un linge humide pour éviter qu’il ne se dessèche. La recette est disponible ici.

Pendant la cuisson du riz, j’ai préparé l’avocat et les blancs de poulet (mais ça marche aussi avec du poisson cru). J’ai les ai découpés en lamelles (après avoir fait cuire le poulet 🙂 ). Tout est prêt, le plus dur reste à faire.

Makis : l’art du roulage

Le nori (feuille d’algue) est posé sur la natte. Il faut étaler le riz vinaigré dessus, puis déposer du poulet et de l’avocat dans le premier tiers de la feuille, et enfin rouler cette dernière pour obtenir un rouleau compact. (pas facile facile). Il reste à se munir d’un couteau bien aiguisé pour découper le tube et obtenir ainsi les makis.

Après le premier rouleau, on commence à prendre l’habitude, et finalement, c’est assez plaisant de faire des makis ! (le plus long et fastidieux, c’est préparer le riz).

Les makis sont prêts. C’est peut-être pas aussi bien fait qu’au Sushi Shop, n’empêche que c’est bon !

Bon appétit bien sûr !

Best invention ever : la guillotine à saucisson

Best invention mais aussi best cadeau d’anniversaire. Je me dois de remercier à nouveau Xavier et Pauline pour ce super cadeau, véritable sauveur de l’apéro.

IMG_7546

Il m’était impossible de ne pas partager cette découverte qui, si elle ne changera pas la face du monde, pourrait bien bouleverser vos prochains apéros. Vous ne pourrez plus vous en passer.

Le principe de la guillotine à saucisson est simple : vous ôtez la sécurité, tirez la guillotine, placez votre saucisson et en avant ! Fini la galère de la découpe au couteau. Le tranchant de la guillotine est remarquable et (pour en avoir fait l’expérience) un enfant de cinq ans est capable de s’en servir (sous la surveillance d’un adulte il va sans dire).

IMG_7577

Je ne peux plus m’en passer. Si jamais vous cherchez cet accessoire ultime, c’est chez Alice délice

East Pizza : la meilleure pizzeria de Shoreditch

East Pizza est le restaurant à faire si vous êtes amateurs de pizzas. La pizzeria est située dans un ancien entrepôt, à l’angle de Shoreditch High Street et de Bethnal Green Road.

La meilleure pizzeria de Shoreditch

Pizza East Shoreditch sert de délicieuses pizzas cuites dans un four à bois, des antipastis frais,… Bref, un petit coin d’Italie dans ce Londres bobo-hipster.

Le cadre est très sympa. Dans cet ancien entrepôt réhabilité, on trouve de grandes tables en bois, un comptoir central autour duquel vous pourrez dîner (ce que nous avons fait vu le monde qu’il y avait… et quand y’a du monde, c’est bon signe).

En cuisine (ouverte sur la salle), les pizzaiolos de East Pizza s’affairent pour délivrer (plutôt rapidement) de délicieuses pizzas cuites au feu de bois.

C’est parti, le diner chez East Pizza…

Nous avons commencé par une entrée, plutôt surprenante. Enfin, on ne s’attendait pas à ça quand on a commandé. Il s’agit du Beef, scamorza, pangritata, spring onion. Je pensais que nous allions voir arriver une planche avec de la bresaola, de la scarmoza, etc… Que nenni point donc. Voici ce qui est arrivé. Plutôt étonnant. Pas mauvais, mais déroutant. 

Passons ensuite au plat de résistance ! Une pizza marguerita pour elle, une pizza salami pour moi. Pas de débat, c’est du très très bon. La pâte est moelleuse, les ingrédients de qualité, l’ensemble généreux.

En bon bec sucré qui se respecte, elle a terminé par un dessert : une crostata. Rien de follement exceptionnel. Une tartelette surmontée d’une boule de glace.

Encore une fois, le cadre est vraiment top. La salle est plutôt grande et c’est très fréquenté (avant d’aller remplir les bars et autres pubs du coin). Peut-être un poil bruyant. Quoique… Pas tant que ça finalement (on connait bien pire dans certaines brasseries parisiennes).

Une dernière vue du bar, auquel nous nous sommes accoudés, puis attablés pour manger et boire une bière (italienne bien évidemment).Un très bon moment, dans un endroit plutôt cool. Pour vous faire une idée de leur carte, rendez-vous sur leur site.

The Juice House à Barcelone

On continue dans le délire bobo-hipter-mangeur de graines avec The Juice House à Barcelone.

The Juice House

Un dernier restaurant, un dernier brunch avant de quitter Barcelone… Et c’est à The Juice House que nous échouons, au numéro 12 de la Carrer del Parlament. Alors qu’une partie du week-end avait été préparée, The Juice House fait partie de nos découvertes faites sur le moment.

Le cadre fait très « brooklynien » je trouve, avec des ampoules à filament qui tombent du plafond, un graffiti sur le mur. Après le comptoir, en longeant le mur, on arrive sur une petite salle dans laquelle prennent place quelques tables en bois. Une terrasse complète ce bien, comme dirait Stéphane Plaza. Seulement, je ne sais pas si elle est accessible.

Mais alors, que mange-t-on chez The Juice House ? (C’est là que commence le défilé de plats)

On commence tout naturellement avec une salade de tomates (elle a fait une fixation (et un benchmark) sur les salades de tomates).

Puis, on enchaîne avec des croquetas. C’est frit… et comme le gras, c’est la vie. C’est super bon.

Avant d’embrayer sur un peu de jamon. Je ne sais plus du tout de quel type de jambon il s’agit. Je dirais de la pata negra, mais pas certain.

Sans oublier les patatas bravas. Là encore, on fait dans le gras, avec ces pommes de terre accompagnées de leur sauce.

Et le non moins apprécié pan con tomate. Je vous rappelle le principe : du pain grillé, frotté d’ail, de tomates et avec un filet d’huile d’olive pour compléter l’ensemble.

S’ensuivent ensuite deux tartines veggies. Le visuel n’est peut-être pas très ragoûtant aux yeux de certains, mais c’était plutôt bon, assez frais, et pas trop lourd.

Un petit jus pour faire passer le tout.

Encore des légumes. Hum, pourquoi pas !

Un autre jus de fruit.

Un açaï bowl pour compléter.

C’est très très bon !

La Juice House
08015, Carrer del Parlament, 12,
08015 Barcelona,
Espagne

Ouvert de 10h à 23h, tous les jours.

Pause « healthy » à la Juicerie

Sur le chemin pour la Sagrada Familia, nous sommes tombés sur une échoppe « bobo-hipster et mangeur de quinoa ». Ni une, ni deux (et l’estomac criant famine de bon matin), nous sommes entrés dans La Juicerie à la recherche de rawfood et autre jus vitaminés.

Un cadre plutôt agréable.

Vous en conviendrez (ou pas) mais la décoration de La Juicerie est plutôt agréable. Attirés par les vitrines.

Nous nous sommes dirigés vers le comptoir et là, surprise, un taulier qui parle français ! Plus exactement, un français de Strasbourg venu s’installer à Barcelone. Je ne cache pas que, vu notre niveau d’espagnol, c’était plus pratique pour se faire expliquer le concept et commander notre petit déjeuner végétarien et healthy.

Mon premier açaï bowl.

Moi qui ait plutôt tendance à me diriger vers le bacon grillé et les petites saucisses pour le petit déjeuner, j’étais assez curieux de découvrir l’acaï bowl. J’ai complètement oublié ce que contenait mon « bowl », les puristes pourront m’aider à retrouver les ingrédients dans les commentaires. Ce dont je me souviens, c’est qu’il devait y avoir du lait d’amande. Et encore, j’ai un doute…

Et un jus pour faire glisser le tout.

Côté « liquide », nous nous sommes laissés tenter par différentes propositions (non, nous n’étions que deux. Oui, nous avons goûté trois cocktails différents).

Verdict.

Et bien ma foi, c’était TRÈS bon ! (comme quoi, y’a pas que le gras dans la vie). Si jamais vous êtes de passage à Barcelone, allez y prendre un petit déjeuner.

La Juicerie
Carrer de Casp 70, à Barcelone
Vous pouvez la retrouver sur Facebook et Instagram.