Hakata Choten : là où j’ai mangé les meilleurs gyozas…

Qui ne connait pas la rue Saint-Anne à Paris n’a jamais été étudiant. Mais il n’y a pas qu’Higuma et Aki dans la vie. C’est en voulant « changer de crèmerie » que nous sommes tombés sur un restaurant qui a attisé notre curiosité. Quand une devanture affiche « Champion du monde de Gyozas », ça interpelle…

Ce restaurant n’est pas tout à fait rue St Anne. En fait, il n’est pas du tout rue St Anne, puis qu’il se trouve rue des petits champs. Au numéro 53 pour être exact. Il s’agit du Hakata Choten qui indique fièrement qu’ils ont été désignés comme les meilleurs gyozas du monde en 2004.

Si la devanture ne paie pas de mine, c’est en voyant les quelques personnes faire la queue sur le trottoir qu’on se pose la question : mais que vaut donc cette cantine ?

Les meilleurs gyozas de ma vie

Je ne suis pas très client des ramens. Et bien que lors de notre première venue, ELLE a pris une soupe avec des nouilles. Mais aujourd’hui,  je ne vais vous parler que des gyozas.

Au Hakata Choten, il existe trois sortes de gyozas :

  • les « normaux » : 5€ les 5 pièces, 11€ les 10.
  • les « gyozas au poireau »
  • les « gyozas au miso épicé »

Hakata Choten - les meilleurs gyozas de Paris Hakata Choten - les meilleurs gyozas de Paris Hakata Choten - les meilleurs gyozas de Paris Nous les avons TOUS tester. Ils sont très très bons !

Pour la petite histoire, en 2004, le Hakata Choten (enfin son chef j’imagine) était le représentant de la préfecture de Fukuoka lors du concours national de gyoza organisé par une émission de télévision japonaise. Cette émission regroupait tous les meilleurs restaurants de gyoza du Japon. Et bien, c’est Hakata Choten qui a gagné ce concours.

Côté tarif

c’est plutôt raisonnable à mon sens :

  • les « normaux » : 5€ les 5 pièces, 11€ les 10.
  • les « gyozas au poireau » : 7€ les 5 pièces, 13€ les 10.
  • les « gyozas au miso épicé » : 7€ les 5 pièces, 13€ les 10.

Si les gyozas « normaux » et ceux au poireau sont très bons, mes préférés sont ceux au miso épicé. C’est relevé sans être « emporte gueule ».

Seconde visite

Aujourd’hui, j’y suis retourné. Avec numéro1. C’est compliqué parfois avec numéro1, car tu lui proposes des expériences (culinaires par exemple), mais si cela sort de son « champs des choses connues », on bloque. Les gyozas, numéro1 connait. Mais changer ses habitudes, c’est plus compliqué.

Et bien, le verdict de numéro1 : très très bon. Et le tout a été avalé (rapidement) avec une limonage japonaise, avant d’aller acheter des mochis glacés. Bref, après ces deux visites, Hakata Choten a mis d’accord les petits, comme les grands.
Alors, si vous faites un tour du côté du quartier nippon d’Opéra, rendez-vous sans plus attendre au Hakata Choten pour déguster leurs gyozas.

Où les trouver

HAKATA CHOTEN
53 Rue des Petits Champs
75001 Paris Quartier : Sainte-Anne/Pyramides/Opéra/Palais Royal

Pour d’autres (très bonnes) adresses de restaurants japonais, c’est par ici.

On a testé le tea time vegan du Shangri La

Lors du dernier passage de ses parents, ELLE avait réservé au Shangri-La pour le goûter. J’ai rejoint la petite troupe au restaurant La Bauhinia pour ce tea time vegan élaboré par le chef Michaël Bartocetti.

Alors, qu’est-ce que ça vaut un goûter « vegan » ? Pas facile de préparer des gâteaux et des scones sans graisse ni protéine animale. Je ne peux pas dire que ce soit mauvais. Mais JE NE SUIS PAS VEGAN, et je pense que les graisses animales auraient relevé le tout. La carte des thés est assez dingue (et une boisson est comprise dans votre tea time).

Le cadre est magnifique et j’ai passé un agréable moment sous la coupole de La Bauhinia. Comptez 45 euros par personne, ou 80 euros pour deux. Ce tarif peut sembler élevé, mais compte tenu de la qualité des produits, du service et du cadre, c’est somme toute acceptable. C’est à faire, au moins une foisTea time 100% vegan du Shangri La Hotel Paris Tea time 100% vegan du Shangri La Hotel Paris

Lieu : La Bauhinia, au Shangri-La 10, avenue d’Iéna, Paris 16e.
Période : du lundi au vendredi de 15h30 à 17h30, samedi et dimanche de 16h00 à 17h30.
AFTERNOON TEA VEGAN 45 €
Assortiment de pâtisseries, sandwichs, biscuits et scones vegan accompagnés d’une boisson chaude de votre choix.

J’ai testé Le BAB (Le Bar à Burger)

[note de service : ce post date de 2013]
Non, je n’ai pas été invité à déjeuner dans ce restaurant. Mais comme je suis un blogueur, j’ai eu deux tampons sur ma carte de fidélité. Malgré ce pot de vin, je vais être sincère dans ce billet.
[/note de service]

Le Bar à Burger, mais qu’est ce donc ?

(les tauliers pardonneront les inexactitudes. Je les invite d’ailleurs à me corriger le cas échéant. Oh oui, corrigez-moi).

Donc, le Bar à Burger, ou BAB, est un restaurant qui a ouvert il y a peu dans le 10ème arrondissement de Paris. Plus précisément au 18 rue Claude Vellefaux. L’établissement est tenu par Gregory Cohen et Abdel Alaoui, tous deux rencontrés fin août pour l’ #invitemystere. J’avais alors appris à faire des rouleaux de printemps. Depuis, je n’arrête plus, déjà plus de 50 rouleaux réalisés par mes petites mains.

Bwef, passons à ce qui t’a fait cliquer sur le lien de ce billet : les burgers. Lors de mon passage, je voulais tester « Le Ptit Gigot ». Malheureusement, plus disponible (premier scandale, 1 point de pénalité sur la note finale). Je me rabats donc sur le « Burger Qui Fume« . Je vous laisse lire ci-dessous les ingrédients qui le composent (même si du point de vue SEO, j’aurais ptet intérêt à les recopier…)La cuisine s’affaire et à peine le temps de descendre la moitié de mon Coca Zéro que le burger arrive. Mais qu’est ce donc que cette cloche fumante ? Le Burger Qui Fume, c’est bien ça. Et il fume réellement. Etonnant, n’est-il pas ?Voici le burger, une fois que la fumée s’est dissipée. Joli non ? Le burger est accompagné de frites (faites maison s’il vous plait) et d’un bol de salade. (demandez la « signature » du chef : les frites maison avec pécorino et huile de truffe) Je m’arme de ma fourchette et mon couteau et j’attaque. (NdA : Oui, je sais, j’aurais pu/du attaquer le burger direct’ avec les mains. Comme les vrais. Mais je n’ai pas osé… La prochaine fois 🙂 )

Verdict

C’est très bon et ce petit goût de foin fumé n’est pas désagréable. Tous les produits sont frais, et ça se sent. Seul petit regret, pour le glouton que je suis, j’aurais aimé que le burger soit un poil plus gros… Ceci dit, il est déjà de belle taille et il a laissé de la place pour le dessert.

Banoffee ! Ce dessert est à tomber. La part doit faire dans les 8000 calories et rien qu’en le regardant, tu sens la taille de son pantalon qui se serre. Mais qu’est ce que c’est bon ! Allez-y !Je ne vous fais pas un point sur la déco ou le service parce qu’il n’y a rien à dire. Chouette ! Résultat, à la lecture de cette (micro) critique, vous allez certainement me trouver un peu complaisant. Hormis la taille du burger un peu petite à mon goût (j’avais trèèèèès faim ce jour là), tout était très bon. Les produits semblent être de qualité. Je me suis régalé et j’y retournerai en famille (il y a un menu « bambino »). Côté tarif, ce n’est pas exhorbitant. Comptez une vingtaine d’euros environ pour burger+accompagnement+boisson.

Pour vous y rendre, station Goncourt (Ligne 11) ou station Colonel Fabien (Ligne 2). Pour en savoir plus sur les horaires d’ouverture, vous pouvez consulter (et aimer) la page Facebook ou suivre le compte Twitter.

(Et si vous y allez de ma part… vous n’aurez rien de spécial, désolé).

Une soirée au Jefrey’s

« Jefrey, remets-nous des glaçons » chantait l’artiste. Après cette référence musicale douteuse, je vais entrer dans le vif du sujet. Nous sommes allés au Jefrey’s, un bar à cocktails, ouvert du mardi au samedi de 19h à 2h, situé 14 rue Saint-Sauveur (IIème arrondissement de Paris, quartier de Montorgueil), sur les bons conseils d’un habitué (oui, Seb F. c’est de toi dont je parle).

C’est pas très grand, c’est très cosy. On s’y installe dans des canapés confortables et on consulte la carte des cocktails. Tout à l’air délicieux. Et si j’ai bien tout compris, les cocktails sont préparés à base de produits frais et la carte change tous les six mois.

Je n’ai strictement aucun souvenir du nom des cocktails que nous avons dégustés. Mais bord**, c’était vraiment très bon ! Le cadre est très agréable, les prix pas trop élevés. Alors, un conseil, si vous vous intéressés un peu à la « mixology », allez-y faire un tour et prenez quelques minutes pour observer le barman oeuvrer.

 

 

[resto] On a testé pour vous : Desi Road

Il y a quelques lunes de cela, elle et moi sommes allés diner au Desi Road. Le temps file à une vitesse folle et nous avons pris un peu de retard dans la mise en ligne des resto #cheesynight. Voici un rapide compte-rendu de notre visite dans ce restaurant indien contemporain.

Le Desi Road (prononcez « dessi ») est installé au 14 rue Dauphine dans le 6ème arrondissement de Paris. Je ne vous ferai pas l’article sur le restaurant, mais vous invite plus à lire la page de présentation du concept.

Je me suis installé à une table du rez-de-chaussée, face à la cuisine. Le rez-de-chaussée est petit, peut-être une dizaine de couverts. Il y a une salle à l’étage, mais je ne saurais pas vous dire si elle est grande ou non. Le cadre est plutôt agréable, c’est assez sobre.

Nous avons commandé un assortiment de plats. Le plat arrive. C’est joli, ça sent bon l’Inde. Et c’est plutôt très bon ! Un seul regret peut-être, à savoir la taille des portions par rapport à leur prix.

Veg Palak Patta Chaat : snack à base de feuilles d’épinards en beignets aux pommes de terre épicées, yaourt & grenades, masala chaat
Tandoori Salmon : saumon label rouge mariné à la crème et aneth juste saisi au four tandoor, feuille de shizo & chutneys de pois frais & de mangue
Chicken breasts with almonds – saffron : blanc de poulet fermier mariné à la crème aux amandes, cardamomes vertes et safran, saisi au four tandoor
Tandoori Lamp chop : côtelettes d’agneau marinées aux épices & coriandre saisies au four tandoor

En grands critiques culinaires que nous sommes, nous nous sommes aussi intéressés aux accompagnements. Voici la salade d’oignons et de chilis (5€). Un peu déçus par cet accompagnement. On va pas se mentir, c’est un oignon émincé avec deux piments et des tranches de citron. pas très travaillé. Mais bon. Pour qui aime l’oignon, ça passe…

Pas convaincus par certains accompagnements que nous avons pris, nous avons en revanche adoré leurs naans maison. Si vous décidez d’aller manger au Desi Road, ne passez pas à côté !

Nous avons fini sur une note sucrée avec la glace au masala chaï. Pas mauvais du tout.

Qu’en penser ?

Nous avons beaucoup aimé (sauf la salade d’oignon, on l’aura compris). C’est bon, c’est beau. C’est peut-être un peu cher au regard de la taille des portions (mais on est dans le VIème arrondissement aussi).

A essayer si vous souhaitez découvrir un restaurant indien différent (qui n’a pas une enseigne tape-à-l’oeil et des gravures du kamasutra aux murs).